VISION

Lors des élections cantonales et fédérales, les candidats préparent soigneusement un programme politique ressemblant peu ou prou à ceci: défense des intérêts des PME, fiscalité attractive, défense des accords bilatéraux avec l’UE ou encore sauvegarde des fourmis rouges en milieu urbain. En lieu et place d’un programme politique lisse, je préfère vous parler de ma vision, de mes convictions pour une Suisse que je souhaite résolument moderne, ouverte et basée sur le consensus.

Le consensus, qui s'est forgé durant plus de 150 ans au sein de nos institutions, est la base de notre démocratie et de cette Helvétie gagnante. Il est, entre autres, le garant d’un pays prospère, sans clivage social. Malheureusement, le consensus est en danger du fait de la polarisation politique et du populisme ambiant. Il semble en effet que certains élus considèrent que la victoire d’un parti politique se mesure à l'aune du nombre de ses sénateurs ou du nombre d'initiatives déposées. Au contraire, je suis d'avis que la victoire d’un parti politique, et de notre système en général, est de faire accepter des motions sans avoir recours à la polarisation des forces politiques et de progresser autant dans le domaine social qu’économique en tenant compte des intérêts de tous. Gagner, c’est faire parfois un consensus ! Gagner, c’est avoir des entreprises performantes qui profitent d’une fiscalité attrayante tout en assurant un filet social performant ! Gagner, c’est former des académiciens et des praticiens de pointe de toutes les « classes sociales »  ! Gagner, c’est diminuer les écarts entre ces classes sociales !

 

Quid, dès lors, du thème ô combien important de l’écologie ? Dans mon échelle de valeur, la responsabilité individuelle tient également une place très importante. En lieu et place d’imposer, je préfère largement inciter, expliquer ou sensibiliser. Inciter les gens à consommer local, expliquer à son enfant que l’eau sort du robinet à profusion certes, mais qu’elle est rare et précieuse, sensibiliser son prochain sur l’importance du tri, de l’économie d’énergie, etc.

Politiquement, il convient de prendre des décisions fortes, mais équilibrées: Trouver des solutions innovantes et favoriser la recherche à la place d’imposer et de contraindre. Nous devons être futuristes là ou d’autres restent conservateurs. Je regrette encore aujourd’hui que le Swissmetro ne soit pas devenu réalité. 


 

Cette vision, je l'ai défendue dans le cadre de mon mandat de député au Grand Conseil fribourgeois. 

Très sensible à l'économie, je défends ardemment les entreprises et l’innovation. J’ai ainsi présidé la commission pour la création de la loi sur la politique foncière active afin que le canton puisse proposer des terrains rapidement aux sociétés souhaitant s’implanter dans notre région. J’ai également déposé une motion pour un statut fiscal spécial pour les entreprises innovantes. Cet esprit libéral m’a également amené à déposer une motion pour l’ouverture élargie des bars et discothèques dans le canton de Fribourg. En outre, j'ai déposé une question pour faire la lumière sur la concurrence déloyale qu’opposent les mensas cantonales aux restaurants privés.

Conscient de l'importance du sport et du sport professionnel, j'ai également déposé, avec des collègues députés, un rapport sur le sport-étude fribourgeois dans le but d'améliorer les structures existantes.

Voilà quelques exemples de mon activité au sein du législatif cantonal.

Ces quelques exemples démontrent toute l'énergie que je souhaite emmener à Berne pour améliorer le quotidien des citoyens et des entreprises. Je vous remercie de votre soutien! 

 

 

Créons les solutions: 

 

Énergie, Climat en environnement: 

 

- Taxe incitative sur les billets d’avion. Le kérosène reste à ce jour un carburant non-taxé, ce qui constitue une inégalité. L'argent récolté doit revenir à un fonds dédié à la recherche ainsi qu’à la protection du climat. 

- Accélération de la rénovation des bâtiments par le biais d'incitations fiscales

- Amélioration du réseau de transport public, notamment dans les zones périphériques

- Accélération de la numérisation dans les domaines comme l’agriculture, ce avec l’utilisation, notamment, des drones, dans le but de diminuer l’utilisation des produits phytosanitaires. 

 

Conciliation vie familiale et professionnelle:

 

- Augmentation des déductions pour la garde d’enfants par des tiers

- Favorisation des modèles de travail flexible 

- Imposition individuelle de tous les individus pour éliminer la pénalisation des couples

 

Économie et emploi:

 

- Défense de l’accord-cadre avec l’UE

- Instauration d'un taux de TVA unique 

- Favorisation de la formation duale et investissement dans la recherche 

- Promotion de l’innovation et de l’entrepreneuriat 

- Négociation avec les partenaires sociaux par branche pour éviter des réglementations globales

- Promotion de la digitalisation et diminution de la bureaucratie inutile

 

Politique européenne:

 

- Pas d’adhésion avec l’UE mais maintien des accords bilatéraux et de la libre circulation des personnes en défendant l'accord-cadre

- Pas de permis de séjour pour les citoyens de l’UE sans emploi

- Maintien de la protection contre le dumping salarial et social

- Refus du chantage de l’UE

 

Santé:

 

- Garantie d'un accès à tous à des soins/médecine de qualité

- Transparence sur les coûts de la santé

- Suppression de la course aux équipements des hôpitaux cantonaux 

- Suppression du financement différencié du stationnaire et de l’ambulatoire

- Diminution drastique de la surconsommation des prestations 

- Augmentation du nombre de médecin de famille afin de désengorger les services d’urgence

 

Prévoyance: 

 

- Diminution ou suppression du taux de conversion pour, notamment, favoriser la prévoyance des temps partiels

- Stopper la redistribution des jeunes aux aînés

- Flexibilisation de l’âge de la retraite notamment basée sur un nombre d’année de travail requis

- Augmentation de la déduction fiscale pour les comptes 3A